LE SANCTUAIRE D'ETTY MACAIRE

LE SANCTUAIRE D'ETTY MACAIRE

« Les Germes de la Mort » de Régina Yaou : une trilogie au cœur de l’insolite

L’aventure littéraire de Régina Yaou se poursuit. La prolifique écrivaine ivoirienne a publié chez Néi-ceda trois romans avec pour dénominateur commun leur titre : Les Germes de la Mort.

 

 Il s’agit d’une trilogie ou simplement d’une œuvre romanesque répartie en trois tomes. « Brah la Villageoise », « Marthe la snob » et Suzanne l’Ambitieuse », tels sont, de façon chronologique, les sous-titres de ces trois bouquins. Depuis Ahui Anka, Régina Yaou s’affirme au fil de ses œuvres comme une plume fouineuse des mystères du continent noir. Cette trilogie en est une parfaite illustration.

 

Qui est Nimba ? Pourquoi tant de femmes se laissent si facilement séduire par cet homme qui physiquement n’a rien d’attrayant ? Après avoir fait des enfants, ici et là, avec des épouses différentes, il finit sous la pression des siens de se marier. C’est une villageoise du nom de Brah que lui imposent ses parents. Mais cette union semble être vouée à l’échec dans la mesure où Nimba, l’époux est soupçonné de porter les germes de la mort. La pauvre Brah après des péripéties finit par mourir dans des conditions mystérieuses. Et vient le tour de Marthe, sa maîtresse, d’intégrer le foyer. Progressivement, tout va virer au drame. Marthe aussi passe de vie à trépas. Nimba qui n’a pas fini de susciter des interrogations autour de ces décès mystérieux tente une troisième expérience conjugale. La nouvelle épouse se prénomme Suzanne. La vie à deux n’est pas de tout repos. Les incidents se succèdent jusqu’à l’inéluctable. La mort est une fois encore au rendez-vous. Trois fois marié, trois fois veuf, Nimba est le point focal de toutes les curiosités. Qui est cet homme? Que couve-t-il comme mystère ? Pourquoi la mort rôde-t-elle autour de lui ? L’entourage a besoin de savoir. Et rien ne peut freiner sa détermination. Le voile levé…Alors, l’on comprend.

 

Par cette trilogie, Régina Yaou poursuit son périple de questionnement sur l’Afrique et son versant ombreux. « Les Germes de la Mort » est une œuvre de dévoilement, à travers la vie tourmentée de trois femmes qui n’ont demandé qu’à vivre heureuse. Il s’agit, par le biais du personnage de Nimba, de saisir les réalités africaines dans ce qu’elles ont d’insolite et de mystérieux. Régina Yaoua avec un art de la narration maîtrisé où se mêlent réalisme et simplicité nous donne à lire trois romans reliés par le même fil conducteur. Malgré cette atmosphère oppressante due à l’omniprésence de la mort, des espaces de détentes faits de petites scènes de flirt, de frasques sont aménagés pour que jamais le lecteur ne s’ennuie. Pour savourer cette histoire et mieux la digérer, il faut lire les trois ouvres sans discontinuation. Avec cette trilogie, la plume féconde de l’autrice, qui s’est essayé avec succès aux thrillers  vient de réussir une nouvelle expérience qu’il faut saluer.

 

 

Macaire Etty

 

Régina Yaou, Les Germes de la Mort, Nei-Ceda, Abidjan 2014

in Le Nouveau Courrier du 25 avril 2014



27/04/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 170 autres membres