LE SANCTUAIRE D'ETTY MACAIRE

LE SANCTUAIRE D'ETTY MACAIRE

Interview / Yahn Aka écrivain, animateur de l’émission radio « Bien-être Littéraire »

Les radios de proximité en Côte d’Ivoire depuis quelques mois, et ce grâce à une nouvelle génération d’animateurs, ont compris l’impact qu’elles peuvent avoir sur le combat pour l’émergence d’une nation de livre et de lecture. Parmi ces jeunes animateurs figure Yahn Aka, écrivain et communicateur.

 yahn 3.jpg

Yannik Aka écrivain, Yannick Aka, animateur de Radio. Que recherchez-vous ?

Dans un contexte où les écrivains jouissent de peu de communication sur les medias, j'ai pensé qu'il était important de répondre à ce besoin des écrivains qui après l'épreuve de l'édition rencontrent l'épreuve de la promotion. J'ai bénéficié à cet effet des encouragements, des conseils et critiques des écrivains Ivoiriens, et ceux de la diaspora. Je souhaite dire un merci particulier à nos amies  Sophie Champenois, Reine Poulain, Fabienne Blanchard pour leur constant soutien. J'ai aussi obtenu le sponsoring matériel (livres) des Editions Balafons. Il y a d'autres maisons d'Editions, librairies et organisations internationales qui ont manifesté le désir de soutenir matériellement cette émission littéraire. Nous sommes en phase de finalisation des procédures administratives. Grâce à la contribution de tous et de chacun, cette émission s'affirme progressivement.

 

 Comment a commencé votre flirt avec la radio ?

Au départ je n'avais aucune expérience dans la radio. Je me suis familiarisé avec ce média lors de mes interviews sur mon livre à Abidjan et à l'étranger. J'ai eu l'idée par la suite de promouvoir le livre et les écrivains en approchant les responsables de la radio Bien- être qui m'ont tout de suite fait confiance en acceptant ma proposition.

 

Pendant que d’autres animateurs continuent de se noyer dans les flots de la musique urbaine, vous avez choisi de promouvoir le livre. Comment s’est opéré le choix ?

Votre question me rappelle une citation de Martin Luther King qui disait " dans son livre" La force d'aimer". Il disait : "Notre monde changera du sort qui le menace non pas par l'adaptation paresseuse de la majorité conformiste mais par l'inadaptation créatrice de la minorité non conformiste... seule une minorité engagée peut changer les choses". L'histoire nous enseigne les bouleversements de civilisations ou de grands changements opérés par des écrivains à travers leurs livres: une action efficace qui semble silencieuse dans un environnement familier au bruit.

"L'émergence" est une expression d'actualité beaucoup utilisée pour parler d'objectif de développement. Mais en vérité, chacun a son rôle à  jouer et je pense que j'ai choisi de contribuer modestement au développement de mon pays par la littérature. Je réalise que c'est une tâche laborieuse que de se battre pour la littérature de nos jours.

 

 Pour parler de livre, il faut d’abord l’adorer. Est-ce votre cas ?

Je souhaite rappeler que je suis fils d'instituteur, je suis ne dans la craie et le livre. Le livre c'est ma vie et me battrai pour le défendre avec les moyens dont je dispose.

 

Comment avez-vous procédé pour convaincre votre employeur à accepter de vous laisser animer une plage horaire consacrée au livre ?

Je souhaite préciser que je ne suis pas employé de la Radio Bien- être. Je fais du bénévolat ou pour utiliser l'expression de la radio, je suis un "partenaire".  Cette émission littéraire sur la radio Bien-être a été possible grâce à la compréhension de ses Responsables, plus précisément l'assistante de gestion Mme Koffi. Ils ont accepté de donner un temps d'antenne aux écrivains, une manière pour eux de contribuer au développement du livre. Je souhaite leur réitérer mes remercîments. C'est l'occasion pour moi de rappeler à tous que la radio Bien -être est une radio humanitaire qui vit sur fonds propres. Elle n'a presque pas de ressources car elle a pour vocation d'aider les PME dans leur communication et leur formation.

 

Quels sont les projets qui vous tiennent à cœur ?

J'ai plusieurs projets que je souhaite pour le moment tenir loin des projecteurs. Ils seront connus au moment opportun. En somme je suis engagé dans plusieurs projets pour la promotion du livre dans mon pays et à l'étranger.

 

Il y a des rencontres avec des écrivains qui vous ont marquées….lesquelles ?

Bien évidemment ! Il y a d’abord ma rencontre avec Guy Amou le Directeur du salon du livre Africain de Montréal. Il y a ensuite celle avec Sabine Dormond de l'association Vaudoise des écrivains (Suisse) qui publie souvent mes textes dans ses magazines mensuels. Et enfin celle avec la poétesse Française Patricia Giorgi qui fera la préface de mon prochain livre intitulé (Démon-cratie)...

 

 Un message à vos auditeurs ?

Je souhaite dire merci aux auditeurs de l'émission Bien- être littéraire pour leur intérêt, aussi pour leur fidélité. Il y a beaucoup à faire pour répondre à leurs attentes et nous commencerons par la diffusion sur internet de l'émission. Il y a d'autres projets tels que les émissions littéraires télévisées en ligne etc...En somme, nous tenons compte de leurs observations et nous faisons tout pour les satisfaire. Rendez-vous chaque dimanche de 14h30 à 16h sur la 94.0 FM. Je les encourage à participer à l’émission pour gagner des livres dédicacés de leurs auteurs préférés et  d'autres livres offerts par les Editions Balafons.

 

Interview réalisée par Macaire Etty

In Le Nouveau Courrier du 04 avril 2014



08/04/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 181 autres membres